Solaire/ Solaire thermique et panneau solaire thermique : Solarquest.fr

Si les énergies renouvelables et notament le solaire thermique semblent s'asphyxier depuis quelques temps, il apparaît que la réglementation thermique 2012 vienne prochainement relancer la machine. En effet, l'application de la RT2012 s'étendra à l'ensemble des constructions : maisons individuelles, habitat collectif et non-résidentiel.

Jean Pierre Bardy, sous-directeur de la qualité et du développement durable dans la construction au ministère de l'écologie ne fait qu'appuyer cette hypothèse en indiquant que tous les types d'énergies renouvelables seraient de la partie : thermodynamique, bois-énergie, solaire thermique et photovoltaïque, etc. De manière générale, au moins 5 kWhep/m2 devront être couverts par des énergies renouvelables.

L'assujettissement à ce texte deviendra obligatoire dès le 1er janvier prochain, engendrant une généralisation du recours aux énergies renouvelables en mainson individuelle. Enerplan, l'association professionnelle de l'énergie solaire, a alors confié un travail au bureau d'études Peugeot Consultants, consistant à examiner deux types de construction sur l'ensemble du territoire métropolitain afin d'en faire surgir les tendances les plus marquantes.

Les résultats de cette étude ont permis d'éclaircir notablement certains points. Tout d'abord, une chaudière gaz à condensation pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire convient dans seulement 50% des cas en maison individuelle, à respecter les exigences réglementaires. Le couplage de la chaudière à un chauffe-eau solaire individuel permet alors un gain moyen de 21% sur les consommations énergétiques. Outre l'aspect mature et maîtrisé de la technologie que constitue le solaire thermique, sa prescription doit respecter quelques règles fondamentales :

 

  • ne pas surdimensionner afin d'éviter tout risque de surchauffe,
  • ne pas sous-dimensionner pour ne pas rendre stérile l'investissement.

 

L'étude a également fait apparaître l'aspect compensateur d'une solution solaire photovoltaïque, dans la mesure ou la source électrique à effet Joule ne permet plus de respecter la RT2012 pour la production de chauffage et d'eau chaude sanitaire (de par l'application du coefficient de 2,58). Il est également important de faire remarquer que si la valorisation du photovoltaïque est plafonnée, le surplus de puissance permettra à la maison d'être à énergie positive (BEPOS). Avantage considérable permettant de répondre dès aujourd'hui aux exigences de la RT2020.

Ce n'est pas aussi simple en logement collectif puisque les solutions classiques à chaudière gaz ne suffiront plus d'ici 2015 et devront impérativement être couplé au chauffe-eau solaire collectif.

En conclusion...qu'il s'agisse de collectif ou de logement individuel, le solaire thermique est sur tous les fronts !